L’art de la vannerie en Dominique

L’ïle de la Dominique peut se targuer d’un riche héritage artisanal qui se transmet à travers le savoir-faire d’artisans talentueux.

©DACPA

La constitution d’associations tels que l’association des arts et de l’artisanat de la Dominique (Dominica Arts and Crafts Producers Association) démontre d’une reconnaissance accrue du gouvernement envers les producteurs d’arts et les artisans. Dans ce Petit Reportage, nous avons décidé de parler d’un savoir-faire ancestral : la vannerie.

© Dominica Craft

En Dominique, cet art qui vient de la culture Kalinago consiste à tresser des fibres végétales pour les transformer en objets variés : corbeille, panier, chapeaux… Le pandanus (ndlr : screw pine en anglais) est très utilisé pour ce type de réalisation artisanale. C’est un genre de monocoque (ce qui signifie une plante qui a l’aspect d’un arbre) qui compte environ 750 espèces connues.

Le Pandanus est répandu dans l’Océanie et se propage très facilement au moyen des bourgeons qui se répandent sans que l’intervention de l’Homme ne soit nécessaire. Dans le Sud-Est Asiatique, le Pandanus est utilisé pour cuire le riz auquel il ajoute un arôme tout particulier. Sur l’ïle de la Dominique, c’est une plante qui va permettre de combattre l’érosion des côtes.

© Dominica Vibes

La technique utilisée en Dominique pour tresser le pandanus consiste en plusieurs étapes. La première phase consiste à couper le pandanus arrivé à maturité. Ensuite, des fagots de pandanus seront portés à ébullition dans une casserole qui contient du savon en poudre afin de blanchir la paille. Après 10 à 15 minutes, les feuilles seront séchées au soleil. Ensuite, avec un objet tranchant, on enlève les fines épines que l’on retrouve sur chaque feuille ; puis on enroule chaque feuille autour du doigt afin de leur donner une forme en spirale. Ces dernières seront remises au soleil afin de sécher encore une fois et de blanchir complètement. Enfin, les feuilles seront tressées seules ou avec des feuilles de cocotiers pour y ajouter de la couleur. La dernière étape permettra, à l’aide d’une machine à coudre, de donner à l’objet la forme souhaitée et de pouvoir ainsi créer une multitude de produits artisanaux destinés à la vente

Découvrez tout le processus en image dans ce mini documentaire réalisé par la Division de la Culture de la Dominique  : Screw Pine Mini Documentaire

Article co-rédigé avec Guersha PIERRE

0 Comment

Leave a Comment

Your email address will not be published.

Lost your password? Please enter your email address. You will receive a link to create a new password.

Close